Vendredi noir, non à l’islamisme, non à l’islamophobie

Après le vendredi noir, contre l’islamisme et contre l’islamophobie

Je prend à mon compte le texte collectif rédigé avec mes amis toulousains… Et je remarque pour mes amis latino-américain que dans des contextes très différents ils connaissent ou ont connu des problèmes dramatiques comparables. Sans prétexte religieux certes, des groupes maffieux en Amérique Latine créent des zones de non- droit fondées sur l’esclavage des femmes et des hommes (migrants en particulier), sur le trafic de drogues et d’armes. Prendre un verre dans la rue tranquillement est impossible dans beaucoup de villes latino-américaines.

Yo considero mío el texto que sigue, redactado en común con unos amigos de Tolosa… Apunto para mis amigos latino-americanos que, desde luego en un contexto muy diferente, ellos conocen o han conocido problemas dramáticos parejos. Sin pretexto religioso, es cierto, hay grupos mafiosos en América Latina que organizan zonas de no- derecho basadas en la esclavitud de mujeres y hombres (especialmente migrantes), en el tráfico de drogas y armas. Tomar una copa en la calle tranquilamente es imposible en muchas ciudades latino-americanas.

A Coup de soleil nous sommes français, maghrébins, et nous œuvrons depuis toujours par nos activités culturelles à rapprocher les deux 

dessin envoyé par un ami tunisien, le 15 novembre 2015

dessin envoyé par un ami tunisien, le 15 novembre 2015

rives de la Méditerranée. Nous sommes témoins de l’obscurantisme et des mouvements totalitaires qui  embrigadent la jeunesse ici et là-bas…. Aujourd’hui, nous sommes dans le deuil. De nombreux amis maghrébins s’associent à ce deuil.

Les attaques terroristes qui ont eu lieu vendredi ont causé de très nombreuses victimes. C’est une tragédie effroyable. Notre compassion et notre solidarité vont à toutes les personnes qui sont touchées par ce drame, aux familles des victimes et à tous leurs proches.

 Ces attentats s’inscrivent dans la suite des attaques de janvier dernier contre Charlie Hebdo et l’hypercasher, contre le musée du Bardo ainsi qu’à Sousse en Tunisie; ils suivent de près l’attentat de Beyrouth du 12 novembre où plus de 40 personnes ont été tuées. Ils font écho aux tragédies que vit le Moyen-Orient. Ils nous renvoient à l’horreur qu’a vécue l’Algérie dans les années 90 avec les attentats commis par les GIA. L’horreur terroriste a frappé Paris et a choisi comme cible la jeunesse, la musique, le sport, la joie de vivre mais aussi la mixité sociale, la diversité, l’ouverture à l’autre très présentes dans les quartiers visés.

Les groupes terroristes responsables de ces actes sont inspirés et organisés par Daech. Ces groupes politiques fanatisés ont trouvé un terreau favorable pour se développer en Irak et en Syrie, avec la guerre meurtrière menée contre son propre peuple par Bachar El Assad, et par les conséquences terribles de l’intervention américaine en Irak. La France, qui intervient en Syrie sans prendre le parti de Bachar El Assad, est à présent dans son viseur.

Mais ce ne sont pas seulement les positions militaires et politiques de la France qui étaient visées avec les attentats de Paris. C’est également ce qui fait le fondement de notre République, la liberté de pensée et la laïcité. Le mode de vie de notre société, qui revendique la possibilité de vivre ensemble dans la diversité des religions, des croyances et des non croyances, est insupportable aux militants de Daech embrigadés dans une logique mortifère.

Aujourd’hui nous sommes face à un défi.

Daech, animée par une idéologie totalitaire, se revendique de la religion musulmane pour enclencher une véritable guerre entre les peuples, et une guerre civile sur le territoire français. Son but est de déclencher des réactions de racisme et des actes de vengeance à l’égard des populations musulmanes de France, de mettre à mal les liens de citoyenneté qui permettent à tous de vivre ensemble. Les activistes d’extrême-droite ont bien entendu déjà commencé à répondre à cette provocation.

 Le défi  que nous devons relever, plus que jamais, est de combattre tous les amalgames qui assimilent l’ensemble des musulmans, dont les réfugiés syriens, à des terroristes. De combattre les réactions racistes, islamophobes. De résister à toutes les dénégations complotistes et antisémites que ces actes visent à alimenter. A la peur et au repli, nous voulons opposer la connaissance de l’autre, la culture, la mobilisation citoyenne. Nous réaffirmons aujourd’hui, sans honte ni peur, nos valeurs de solidarité, d’égalité, de justice sociale et de démocratie.

Nos armes, à Coup de soleil? Elles sont puissantes, parce que ce sont celles de la culture commune au Maghreb et à la France dont nous ne cessons de faire connaitre les chansons, les films, les livres. Nous poursuivons, pour dépasser l’islamophobie comme l’islamisme.

(Communiqué de Coup de Soleil Midi-Pyrénées, 16 novembre 2015)

Ce contenu a été publié dans Algérie, Maghreb, Maroc, Tunisie, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire