Alger sans Mozart

 

Michel Canesi et Jamil Rahmani, Alger sans Mozart, Editions Naïve, 2012, 456 p.

 

Pour aider Beurs, Pieds-noirs, Pieds-rouges, Algériens, à retrouver leur passé, un roman optimiste.

Une maison d’édition inconnue, qui publie plus de musiques que de textes. Une paire de médecins qui en sont ensemble à leur troisième roman. L’un travaille en réanimation et anesthésie, l’autre en dermatologie et sida. Pure anecdote ? Non, dans ces métiers on en apprend beaucoup sur la douleur et sur la mémoire. Quelques citations : « Siegfried et le Limousin [Jean Giraudoux, 1922]… L’Allemand [en 1910] offrant au Français, en gage d’amitié, les cantons d’Alsace perdue… moi j’ai tout donné à Kader, jusqu’au plus petit douar de l’Algérie française »… « Les bons souvenirs font plus mal que les mauvais »… « D’où venez-vous, Louise ? – D’un pays qui n’existe pas encore [Lausanne, 1961] »… Souvenirs de Marie-Lise [Alger, 1959] : « Au bal de l’internat, consigne avait été donnée aux Françaises de ne pas danser avec les Juifs et les Arabes… ».

quelle gloire! Ce texte a été consulté plus de 300 fois depuis sa mise en ligne en septembre 2012

quelle gloire! Ce texte a été consulté plus de 300 fois depuis sa mise en ligne en septembre 2012

Les deux héros : la ville d’Alger des années 1930 à nos jours, avec son double marocain, Tanger, pour dire aux Algériens et aux Marocains en quoi ils sont frères. Et Louise, dont on verra sans doute le film, pas encore tourné, qui nous est raconté par le livre. Et puis l’affirmation que la culture « occidentale » est propriété inaliénable et indispensable des maghrébins.

Bien sûr, ce livre sort pour les 50 ans de la fin de la guerre d’Algérie. Il a été sélectionné par l’Association Coup de soleil parmi les cinq ouvrages mis au concours de son coup de coeur 2013.

Ce contenu a été publié dans Algérie, Maghreb, roman, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire