404, le nouveau livre de Sabri Louatah

404 Sabri Louatah, Flammarion, 2020, 356 p.

On avait aimé dès 2012 – 2013 les trois premiers tomes de la série Les sauvageshttp://alger-mexico-tunis.fr/?p=98, http://coupdesoleil.net/blog/sabri-louatah-les-sauvages-2011-2012-2013/#more-2332 comme la série vidéo tirée (surtout) du tome 1.

Pour ce nouveau roman, Sabri Louatah a quitté la région de St Etienne pour s’immerger dans la « France profonde » du département de l’Allier. Il nous replonge au coeur du monde franco-maghrébin qu’est la « beurgeoisie » kabyle, comme dans ses romans précédent. A nouveau, ce monde franco-maghrébin (3e, 4egénération) est à la fois discriminé et partie intégrante de toute la société française, y compris l’héroïne, Alia, entrée majore à Polytechnique, sortie comme ses protagonistes de la prépa du meilleur lycée lyonnais « bobo ». Cette brillante ingénieure a inventé une nouveauté dans le monde de la communication informatique : se priver de l’archivage généralisé qui tue toute vie privée, de la viralité de la diffusion des informations pour des « audiences » maximales, avec pour contre-partie l’impossibilité absolue de toute falsification des messages : c’est donc une arme absolue contre les fake-news qui ont atteint la perfection, sont devenues indétectables. Le nouvel outil (appelé 404) inventé par Alia retrouve le vieux mégaphone des réunions politiques d’antan, sans mémoire. Sans raconter les drames qui se trament, on peut au moins citer quelques notations sur cette France profonde devenue maghrébine.

  1. 234-235 : [Florence Aubenas décrit] un profil type du débatteur 404 : celui d’un musulman non pratiquant ayant fait des études supérieures […] ce qui permet à certains de parler d’un « mouvement de beurgeoisou des assises de la beurgeoisie[…] Trois cinquièmes des participants sont des femmes. Certaines se déclarent en couple avec des personnes du même sexe […], c’est derrière les proclamations d’amour et de générosité universels qu’on débusque les natures les plus autocratiques.
  2. 296 : [dans l’amicale de 4h 04] la plupart vivent dans ce que les géographes appellent de l’habitat diffus. Certains ont été ouvriers agricoles, employés de ferme, d’autres le sont encore.
  3. 317 : Les terres sont déclarées sacrées par ceux qui les ont violées en premier. Il n’y a pas de propriétaires, il n’y a que des troupeaux […]. Le monde appartient à ceux qui migrent […]
Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire