Mohamed Aïssaoui et le quart monde

Les funambules, Mohamed Aïssaoui, Gallimard, 2020, 219 p.

Ce récit a bien sûr une part d’autobiographie. Il nous parle d’un homme qui prend le métier de « biographe pour anonymes ». Il se plonge dans le milieu associatif d’aide aux plus démunis (restos du cœur, etc.). Avec un fil rouge très mince : retouver un amour de jeunesse.

Bien écrit, il est plein d’anecdotes frappantes sur ce « quart monde » de la société française. Le titre (funambule) concerne ceux qui à tout moment risquent de tomber, en équilibre sur le fil de la vie.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire