1994-2010, Ordinaire, suite et fin? non, une suite…

En ce printemps 2014, finalement, la revue renaît de ses cendres, sous un nouveau nom et sous forme informatique. Merci à ceux qui la font revivre http://orda.revues.org/76 en un nouvel élargissement, l’ensemble du continent américain.

Commencer un roman par la fin, ce n’est pas très professionnel. Mais voici mon quatrième et dernier texte sur l’ « Ordinaire », né voici quarante ans. En relisant ce que j’y ai écrit (essentiellement des « éditos »), je vois que les pétitions de principe et les situations impossibles récupérées en improvisant ne manquent pas. Malgré tout, quelques vérités premières qui ont pu être originales au moment de les dire. C’est sans conteste sur le Mexique avant tout que j’ai eu plaisir à réfléchir, même si peu à peu le reste du monde latino-américain m’est devenu moins étranger.

couverture de l"Ordinaire" passé au demi-format

couverture de l »Ordinaire » passé au demi-format

Ce bulletin devenu revue n’est pas mort. Si sa renaissance se fait sur le web. Pour moi, qui l’ai perdu peu à peu de vue voici 17 ans, mais ai eu plaisir avec Laurent Faret à récupérer sa mémoire, j’ai trouvé dans le présent blog le moyen de diffuser les textes qui m’importent en souplesse, comme à la belle époque où naissait la photocopie. Et le plaisir actuel est accru parce que l’urgence des échéances à assurer n’existe plus.

Présentation Ordinaire latinoaméricain, quatrième époque, Toulouse

A partir du numéro 152 (1994), la revue porte le nom de L’Ordinaire latinoaméricain, changement prévu et annoncé antérieurement. Elle connaît plusieurs changements institutionnels peu après : en raison de son appartenance à l’IPEALT, ses abonnements sont gérés à partir du N° 155 par l’agent comptable de l’Université de Toulouse le Mirail. A partir du N° 167 la revue devient trimestrielle et dès le numéro suivant (en 1997) un nouveau directeur, Jacques Gilard, vient remplacer Claude Bataillon. C’est en 1999  (N° 175) que Stella Buna devient secrétaire de rédaction, remplaçant Perla Cohen.

Techniquement, les progrès de l’informatique permettent de saisir la grande majorité des textes publiés, parfois en passant par le scanner pour les textes anciens ou repris de sources extérieures. Les bibliographies proviennent de bases de données informatiques, les sources provenant d’internet sont utilisées (avant d’autres par Frédérique Langue en particulier).

La prise en main de chaque numéro de la revue par le responsable d’un dossier est de plus en plus systématique. Ce dossier occupe fréquemment  tout l’espace rédactionnel  du numéro. Le comité de rédaction s’enrichit parallèlement de nouveaux participants : Laurent Faret, Thierry Linck , Dominique Mathieu, Richard Marin, Jérôme Monnet, Françoise Morin, Marie France Prévôt-Schapira, Rodolfo de Roux, François Tomas.

Enfin une nouvelle succession à la direction de la revue intervient en 2005, où Laurent Faret en prend la tête, toujours secondé par Stella Buna, secrétaire de rédaction. Le comité de rédaction se renouvelle notablement : lors du N° 200, qui marque le trentième anniversaire de la revue, il est composé de Claude Bataillon, Stéphane Boisard, Guénola Capron, Perla Cohen, Cristina Duarte, Laurent Faret, Jacques Gilard, Frédérique Langue, Eduardo Manero, Françoise Morin, Marie-Louise Ollé, Claire Pailler, Marie-France Prévôt-Schapira, Valérie Robin, Roberto Santana, Pierre Vayssière. C’est avec le numéro 214, septembre- octobre 2010 que se termine l’ « Ordinaire » comme publication « papier ». Il est prévu une suite sur Internet dirigée par Stéphane Boisard sous le nom « Ordinaire des Amériques »

On peut consulter les sommaires de la revue sur internet à partir du numéro 152-153, sommaires pourvus de mots-clé et de résumés à partir du numéro 195 :

http://ipeat.univ-tlse2.fr/accueil/publications/l-ordinaire-des-ameriques/

En ce printemps 2014, finalement, la revue renaît de ses cendres, sous un nouveau nom et sous forme informatique. Merci à ceux qui la font revivre http://orda.revues.org/76 en un nouvel élargissement, l’ensemble du continent américain.

IV – Ordinaire latino-américain, fourth period, Toulouse

From number 152 (1994), the review is named « Ordinaire latino-américain, a change previously announced.  Several institutional modifications occur in a short period : owing to its link with l’IPEALT (Institut Pluridisciplinaire d’Etudes sur l’Amérique Latine à Toulouse),  subscriptions are collected from 1997 by  the accountant of the University of Toulouse le Mirail. From number 167, the review becomes quarterly and from the following number, a new director, Jacques Gilard, takes the place of Claude Bataillon and in 1999 (Nr 175) Stella Buna replaces Perla Cohen as editorial secretary.

 

From a technical point of view, computers allow to capture a great majority of  published documents, with the help of scanner for documents either ancient or coming from exterior sources. Bibliographies come from bibliographical data bases, information collected through the web is also used (in particular by Frederique Langue).

 

The supervision of each number by the coordinator of a file is more and more systematic. The file often takes the whole number. The editorial committee is thus enriched by new participants: Laurent Faret, Thierry Linck , Dominique Mathieu, Richard Marin, Jérôme Monnet, Françoise Morin, Marie France Prévôt-Schapira, Rodolfo de Roux, François Tomas.

 

Finally a new director is appointed in 2005, Laurent Faret, still assisted by Stella Buna, as editorial secretary. The editorial committee is substantially modified with number 200 which marks the thirtieth anniversary of the review. It is composed of Claude Bataillon, Stéphane Boisard, Guénola Capron, Perla Cohen, Cristina Duarte, Laurent Faret, Jacques Gilard, Frédérique Langue, Eduardo Manero, Françoise Morin, Marie-Louise Ollé, Claire Pailler, Marie-France Prévôt-Schapira, Valérie Robin, Roberto Santana, Pierre Vayssière. Other publication on line in the future : « Ordinaire des Amériques », Stephane Boisard director.

 

The summaries of the review are on line from number 152-153, summaries are supplemented by key-words and abstracts from number 195:

http://ipeat.univ-tlse2.fr/accueil/publications/l-ordinaire-des-ameriques/

Presentación : Ordinaire latinoaméricain, cuarta época, Toulouse

A partir del número 152 (1994), la revista lleva el nombre de L’Ordinaire latinoaméricain, cambio previsto y anunciado anteriormente. Varios cambios institucionales ocurren poco despues. Siendo la revista un componente del IPEALT, las subscipciones pasan a partir del N° 155 al cuidado del contador  de la Universidad de Toulouse le Mirail. A partir del N° 167 la revista se hace trimestral y desde el número siguiente (en 1997) un nuevo director, Jacques Gilard, releva a Claude Bataillon. Es en 1999  (N° 175) que Stella Buna, como secretaría de redacción, releva a Perla Cohen.

 

Tecnicamente, los progresos de la informática permiten capturar directamente la gran mayoría de los textos que se publican, a veces usando el scanner para los textos antiguos o recuperados de fuentes exteriores. Las bibliografías provienen de bases de datos informatizados, se usan cada vez más las fuentes sacadas de internet  (Frédérique Langue abre el camino al respecto).

 

De manera cada vez mas sistemática, cada entrega esta al cargo del responsable de una carpeta que ocupa completamente  la entrega. El comité de redacción se enriquece paralelamente con  nuevos miembros, de los cuales unos pertenecen a universidades fuera de Toulouse : entran en el comité Laurent Faret, Thierry Linck , Dominique Mathieu, Richard Marin, Jérôme Monnet, Françoise Morin, Marie France Prévôt-Schapira, Rodolfo de Roux, François Tomas.

 

Y finalmente una nueva successión para la dirección de la revista ocurre en 2005, cuando Laurent Faret la encabeza, siguiendo Stella Buna como secretaría de redacción. El comité de rdacción se renueva notablemente : al moment del N° 200, que marca los treinta años de la revista, esta compuesto por Claude Bataillon, Stéphane Boisard, Guénola Capron, Perla Cohen, Cristina Duarte, Laurent Faret, Jacques Gilard, Frédérique Langue, Eduardo Manero, Françoise Morin, Marie-Louise Ollé, Claire Pailler, Marie-France Prévôt-Schapira, Valérie Robin, Roberto Santana, Pierre Vayssière. Despues de 2010 desaparece la revista « tradicional » y bajo la direción de Stephane Boisard esta prevista una nueva revista en linea bajo el nombre de « L’Ordinaire des Amériques ».

 

Se puede encontrar  los índices de la revista sobre internet à partir del número 152-153 ; los índices contienen palabras- claves y resúmenes a partir del número 195 :

http://ipeat.univ-tlse2.fr/accueil/publications/l-ordinaire-des-ameriques/

 

 

Ce contenu a été publié dans Amérique Latine, Mexique, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire